Écaillon : un mini centre historique minier pour raconter la vie des mineurs

 De gauche à droite : Jacques Pereira, initiateur du projet, Pierre Pietrucha et Jean Jedrejewsi, anciens mineurs.   Vendredi, à l’occasion de la Sainte-Barbe, le centre de loisirs Jean-Moulin avait des allures de mini centre historique minier. À l’initiative de Jacques Pereira, responsable de la structure et adjoint au maire, la première édition d’une exposition sur la mine et le quartier Vuillemin a promené les visiteurs sur les chemins d’une mémoire à préserver, d’autant que la confrérie des mineurs perd régulièrement ses serviteurs. « Trois nous ont quitté cette année. Respectons une minute de silence en hommage à Salvatore Cino, Jules Perlein et Ferruccio Giani », proposa le maire Georges Cino. Il relata la légende de Sainte-Barbe, patronne des gueules noires, acteurs du développement industriel d’une région qui a vu les chevalets se taire un à un.

« Charbon : c’est la fin... place à l’avenir », titrait en Une La Voix du Nord du samedi 22 décembre 1990. C’est l’un des nombreux documents et photos tapissant les panneaux de l’exposition agrémentés de maquettes, outils de la mine, fossiles et même un vélosolex, moyen de locomotion prisé à l’époque.

Un excellent support pédagogique à l’intention des scolaires invités à plonger dans l’histoire de leurs aïeux et mis en oeuvre par Guido Tonarelli, le monsieur histoire locale de la commune. On y retrouve les commentaires éclairés de Pierre Pietrucha, trente ans à arpenter les galeries de cinq sites en tant que géomètre et de Jean Jedrejewski, qui débuta à la fosse Delloye de Lewarde avant un passage à Dechy, une reconversion à l’Imprimerie nationale et un retour aux sources comme guide au Centre historique minier. Une vraie babelle ce Jeannot d’Écaillon mais surtout une mine d’histoires, d’anecdotes, de souvenirs racontés avec verve et la passion pour la fosse chevillée au corps.

Centre de loisirs Jean-Moulin : exposition ouverte du lundi 14 au vendredi 18, de 14 h à 17 h. Entrée gratuite.